Boffrand, architecte de l’Hôtel de Ludre

Créé le 

Depuis plusieurs mois je passais devant ce bâtiment en réfection aux portes de la Vieille Ville, place Colonel Fabien.
Peu de curiosité alors pour ces murs cachés d’un échafaudage qui abritaient l’ancienne trésorerie de Nancy.

 

hotel-ludres-nancy-tresorer

Et vous ?
Connaissez-vous l’Hôtel de Ludre, ancienne Hôtel de Custine dont l’architecte était Germain Boffrand ?
2014 portes ouvertes les 10 et 11 octobre

Mais d’ici là , plongée au temps de Léopold … Beaucoup à lire, une période d’histoire de la Lorraine si intense !

Petit-fils de Mathurin Boffrand, peintre et maître sculpteur à Machecoul en Bretagne, fils de Jean Boffrand maître sculpteur et architecte à Nantes, Germain Boffrand est le deuxième garçon d’une fratrie de douze enfants.
Durant son enfance il participa aux chantiers de son père qui était un retablier renommé de la région nantaise.
Il est né à Nantes en 1667 et  mourut à Paris à près de 87 ans en 1754.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/73/GermainBoffrandPortrait.jpg/150px-GermainBoffrandPortrait.jpg

Adolescent, il suivit des études supérieures à l’université de Nantes.
Il vint à Paris accompagné de sa mère, après 1682.

En 1686 il apparaît dans les comptes des bâtiments du roi.
Collaborateur de Jules Hardouin-Mansart, Germain Boffrand fut l’un des architectes majeurs du style Régence qu’il contribua à créer.

Introduit dans les cercles de la Cour et de la Ville, il fut, dès 1690, associé à des commandes royales comme l’orangerie du château de Versailles et travailla à la place Vendôme. Il quitta les Bâtiments du Roi en 1699.

De manière générale, Boffrand ne travailla quasiment pas pour le roi mais pour une clientèle privée, essentiellement parisienne, éclairée et fortunée, disposée à accepter des audaces architecturales impensables dans des bâtiments officiels.

En 1709, il fut chargé de la décoration intérieure des appartements de l’hôtel de Soubise.

germain boffrand hotel soubise

Il contribua à introduire en France le style rocaille en l’intégrant à l’architecture classique de la fin du règne de Louis XIV.

style rocaille hotel soubise   http://www.leportaildesantiquaires.com/images/sites/style-rocaille002.jpg

Le style rocaille prend son essor sous celui de Louis XV vers 1720, et sera très apprécié de la Marquise de Pompadour mécène des arts et lettres.

Les Italiens friands de ce style, enrichi de volutes et de coquillages, de fleurs et de fruits. qui est à l’opposé de l’austérité le nommeront Rococo (contraction de rocaille et baroque). Puis toute l’Europe tombera sous le charme exubérant mais sophistiqué du Rocaille.

Soucieux de conserver la monumentalité classique, Boffrand chercha à confiner l’ornementation rocaille dans les appartements intérieurs, où il l’utilisa avec une très grande maîtrise.

Les maîtres des professions artisanales et artistiques de cette époque le travailleront. (ébénistes, orfèvres, soyeux, peintres, sculpteurs, architectes, ferronniers, …)
Les peintres l’exprimeront par des scènes champêtres, des pastorales et des fêtes galantes. En France, François Boucher est l’exemple type du style Rocaille.
Le ferronnier Jean Lamour exécuta les magnifiques grilles de la Place Stanislas à Nancy dans le plus pur style Rocaille.

 ____________________________________

L’architecte Jules Hardouin Mansart est envoyé par Louis XIV pour réaliser de grands travaux ; son collaborateur l’architecte Germain Boffrand devient le premier architecte de Léopold en 1711 et travaille en Lorraine jusqu’en 1726, en même temps qu’à Paris et en Allemagne.

Après quelques 70 ans de guerre, d’occupation, le traité de Ryswik et le retour de Léopold donnent beaucoup d’espoir à la Lorraine, qui s’enrichit alors de demeures et châteaux remarquables et trouve un nouvel élan !

Les grands principes d’architecture de Boffrand figurent dans son « livre d’architecture » de 1745 dédicacé à Louis XV et où figurent également des plans et des dessins d’élévations et de profils de nombreux édifices lorrains.
Boffrand s’inspire d’Andréa Palladio, architecte de la Renaissance italienne –
Boffrand parle d’esthétique, de « bon goût ».
Ses travaux popularisèrent le goût français en Europe.

La Lorraine et Nancy en particulier, doivent à Germain Boffrand un nombre considérable d’édifices somptueux, soit élevés à la demande de Léopold, soit bâtis par les personnages importants de la noblesse lorraine aidés en cela financièrement par le duc grâce à des prêts.
Ces constructions servirent d’ailleurs de modèles à ceux élevés plus tard sous le roi Stanislas dont l’architecte Héré avait été l’élève de Boffrand.

_____________________________

Comment parler du style de Germain Boffrand ?

Edifices pour lesquels on retrouve toujours la même recherche de force, de puissance, le même caractère : pierres de taille et fenêtres de grandes dimensions, toits élevés, façade souvent sur rue faute de surface de terrain suffisante, grands vestibules, escaliers en pierre de taille avec rampes en  fer forgé, décors souvent allégoriques ou perspectives sur les murs et plafonds, grandes pièces de réception, unité de style dans l’ensemble et dans les détails.

L’architecture de Boffrand est une science et l’imagination est bridée.

Lorsque le terrain le permet, palais ou hôtel est précédé d’une cour et parfois d’une avant-cour permettant la circulation et le stationnement des carrosses, les dépendances sont derrière avec le jardin et le parc. Les pièces de réception sont au rez-de- chaussée et les pièces d’habitation au premier. La circulation est facilitée par de grands escaliers. Il y a unité de style. Plusieurs ordres en décoration de  façade, peu de sculptures, frontons, balustrades avec vases et statues , grands balcons, larges perrons, clés et agrafes, écussons, moulures, voilà pour le décor des façades. Les murs en pierre de taille sont épais, les proportions de l’édifice sont respectées.

 A Nancy, les principales réalisations dues à Boffrand pour la noblesse, sont les suivantes :

L’hôtel Mahuet de Lupcourt rue Saint-Dizier
L’hôtel de Fontenoy ou de Vitrimont, siège administratif de la cour d’appel de Nancyl’hôtel  Ferraris (ou Ferrari ou Ferrary) construit après 1715 pour Louis de Ferrari, d’origine italienne, aujourd’hui siège de l’inventaire des monuments historiques de la DRAC de Lorraine.
L’hôtel de Beauvau-Craon pour Marc de Beauvau, aujourd’hui Cours d’appel.
L’hôtel des loups, rue des loups.
-Il intervient aussi pour les Châteaux de Lunéville et d’Haroué, le Palais Ducal.

-Il participa à la construction et la décoration de la cathédrale Notre-Dame-de- l’Annonciation, primatiale et basilique de Nancy.

Et … l’hôtel de Custines construit pour le Marquis de Custines, gouverneur de Nancy, devenu ensuite hôtel de Ludre, situé place des Dames / place du Colonel Fabien, puis trésorerie municipale.

hotel-ludres-nancy-cour-3   hotel-ludres-cremaillere

salon-hotel-ludres-nancy   escalier-hotel-ludres-nancy

hotel de ludres nancy   fontaine hotel de ludre nancy

Il fut bâti en 1715 entre la rue du Cheval-Blanc et une maison des Dames Prêcheresses, place des Dames ; au-dessus de la porte le décor représentait des armes et deux « sauvages », ceci à la place de la fenêtre actuelle.
C’est un bâtiment principal avec une cour, deux ailes (construites en partie après), et un bâtiment dans le fond pour les communs. Des modifications ont été faites au 19ème siècle, fontaine avec décor aquatique dans le fond de la cour.

_______________________________

L’État était propriétaire, la Trésorerie municipale de Nancy occupe les lieux  jusqu’en juin 1979, date de son transfert au 50, rue des Ponts.
De nombreux services se sont ensuite succédés dans ces lieux prestigieux situés au cœur de la ville vieille, où deux appartements de fonction étaient réservés aux trésoriers.
Ce trésor de l’administration des finances de Meurthe-et-Moselle aura été détenu exactement cinquante ans.

Depuis le 29 septembre 2012, L’Hôtel de Ludresa été racheté pour être transformé en appartements privés et locaux professionnels.

La rénovation est en cours et des portes ouvertes auront lieu cette fin de semaine vendredi 10 et samedi 11 octobre 2014,  de 10h à 19h.
Des appartements de 60m2 à 258m2, des locaux de 73m2 à 258m2, un loft de 175m2, disponibles dès janvier 2015.

L’agence Place Privée est chargée de cette commercialisation si vous souhaitez obtenir des renseignements.
11 place des Vosges – NANCY
www.placeprivee-immobilier.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *