les discours vont fuser, je n’ai pas résisté au plaisir de la rhétorique !

Créé le 

Une figure de style, du latin figura, est un procédé d’expression qui s’écarte de l’usage ordinaire de la langue et donne une expressivité particulière au propos. On parle également de figure de rhétorique ou de figure du discours.

Tout a commencé avec l’anaphore, avant nous avions connu l’allitération, la litote, l’oxymore… viendront sans doute l’épitrochasme ou l’hypozeuxe !!!

 

figures de style réthorique discours

Michèle Tillard sur son site philo-lettres.fr a répertorié très clairement toutes ces figures de discours, les voici sur Nancybuzz …
C’est comme un petit bonheur de décortiquer ces tournures, d’identifier ces constructions. Un seul bémol, la difficulté à mémoriser leurs noms !

Les figures microstucturables

Nom de la figure
Définition
Exemple

Figures de diction  modifiant le signifiant

Aphérèse Elision de la première syllabe du mot Les Ricains

Le scope

Apocope Elision de la ou des dernière(s) syllabe(s) du mot Le ciné

La télé

Le métro

Epenthèse Ajout d’un phonème à l’intérieur d’un mot MerdRe !
Mot-valise Mot constitué par deux mots assemblés Nullastreux ; les « Proêmes » de Ponge (prose + poème)

Figures de diction fondées sur la continuité phonique

Allitération Répétition de consonnes Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? (Racine)
Assonance Répétition de voyelles « A bon chat, bon rat »
Homéotéleutes Mot finissant de la même façon « Tiens, Polognard, soulard, bâtard, hussard… » (Ubu Roi)
Homéoptotes Mot finissant de la même façon parce que sur la même désinence « es aultres demoulloyt les reins, avalloyt le nez, poschoyt les yeulx, fendoyt les mandibules… » Gargantua ch. XXV
Paronomase Mots se ressemblant par le son mais différant par le sens Mamouth / mamours (Verheggen) ;

Tu parles, Charles ! A l’aise, Blaise !

Épitrochasme  Suite de mots brefs  « je vais, je viens, je cours, je ne perds point le temps » (Du Bellay, Regrets XV, v. 5


Figures de construction impliquant une répétition lexicale

Epizeuxe Itération lexicale contigue Suzon, Suzon…
Anaphore rhétorique Répétition d’un mot ou groupe de mots en début de phrase, de paragraphe, de strophe « et je l’ai trouvée amère, et je l’ai injuriée… »
Epiphore Répétition d’un mot ou groupe de mots en fin de phrase, de paragraphe, de strophe Musique de l’eau / Attirance de l’eau / Trahison de l’eau / Enchantement de l’eau (Anne Hébert)
Hypozeuxe Parallélisme de groupes syntaxiques le plus souvent juxtaposés Jusqu’à l’épuisement, jusqu’à la mort (Maeterlinck)
Antépiphore Répétition de la même formule ou du même vers au début et à la fin d’un ensemble syntaxique ou d’une strophe Cf. Baudelaire, l’Irréparable : répétition du 1er vers de chaque strophe au 5ème et dernier vers.
Symploque Combinaison d’une anaphore + une épiphore Les yeux noirs de Stella, les yeux d’oiseau de Stella, se dilataient dans son visage creusé (Anne Hébert)
Anadiplose Reprend au début d’un vers, d’une phrase un élément qui se trouve à la fin du vers ou de la phrase qui précède « Pour moi, c’est un malheur. Un malheur, tout le monde sait ce que c’est… » (Camus, l’Etranger)
Epanode Anadiplose qui fait de cette reprise le point de départ d’un développement prédicatif ou d’une explication « Elle le quitta avec impatience et dédain : impatience parce qu’il la contrariait, dédain parce qu’il n’était pas riche. » (Montherlant)
Concaténation Suite d’anadiploses ou d’épanodes Article Guerre de Voltaire
Epanadiplose Système de deux membres syntaxiques dont le 1er commence et le 2ème finit par le même élément Princeps pro patria certat, comites pro principe
Antanaclase Répétition du même mot, au sens propre et au sens figuré Et la mer est amère, et l’amour est amer (Marbeuf)
Polyptote Utilisation de plusieurs variantes flexionnelles du même mot « Je meurs, je suis mort »
Figure dérivative Met en relation des mots appartenant à une même famille « Beauté, mon beau souci » (Malherbes)

 

Figures de construction affectant la forme de la phrase

Aposiopèse Simple interruption dans le déroulement syntaxique, marqué par les points de suspension Cf. Agnès dans l’Ecole des Femmes : « il m’a pris le… »
Anacoluthe Rupture de construction syntaxique « Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, la face du monde en eût été changée »
Hyperbate Rallonge, poursuite de la phrase alors qu’elle semblait terminée « Albe le veut, et Rome. » (Corneille)
Asyndète Absence d’un lien coordonnant attendu « Cette triste femme contemplait les enfants, les bébés » (on attendrait « et les bébés »)
Polysyndète Multiplication des liens coordonnants « Mais tout dort, et l’armée, et les vents, et Neptune » (Racine, Iphigénie)
Chiasme Reprise « en miroir » de forme A B B A « un festin où s’ouvraient tous les cœurs, où tous les vins coulaient » (Rimbaud)
Hypallage Contradiction entre la structure syntaxique et la structure sémantique de l’énoncé Ibant obscuri sola sub nocte per umbras (Virgile)
Hendiadyn Fait de dissocier en 2 éléments coordonnés ce qui normalement se dit en un seul syntagme « Elle et ses lèvres racontaient… » (Eluard)
Oxymore Fait d’associer dans un seul syntagme des éléments sémantiquement incompatibles « Cette obscure clarté qui tombe des étoiles » (Corneille)
Enallage Usage d’un temps, d’un nombre ou d’une personne différent de ce que l’on attend « Qu’est-ce qu’elle veut, la p’tite dame ? » (= que voulez-vous)

 

Figures de sens ou tropes

Synecdoque Hyponyme pour hypéronyme ou le contraire Donnez-nous notre pain quotidien (= toute nourriture)

L’animal = le lion

Antonomase Prendre un nom commun pour un nom propre, ou le contraire C’est un Aristote ; un Harpagon ; la balkanisation…
Métonymie Substitue au signifié littéral un signifié dérivé, l’un étant traité comme un élément de l’autre Boire un verre, croiser le fer, manger un camembert…
Abstraction Forme particulière de métonymie, qui substitue un nom abstrait de qualité à un adjectif qualificatif La grêle tombe « sur la propreté des vitres ».  

« tout cet orgueil périt… » (La Fontaine, les deux coqs, VII, 13) c’est le coq orgueilleux qui périt !

Métaphore Intersection sémique entre des éléments mis en jeu Le peuple promontoire (Hugo)

Les figures macrostructurables

Nom de la figure
Définition
Exemple

Figures portant sur la composante formelle du discours

Paraphrase Reformulation d’un énoncé premier ; développement explicatif plus long que le texte Voir des copies d’élèves ! « L’auteur dit que… »
Expolition Répète et amplifie la même formulation sous des formes différentes Ex : l’amour est amer, dans le poème de Marbeuf
Conglobation Accumulation de preuves dans un discours
Gradation Termes de plus en plus forts Je meurs, je suis mort, je suis assassiné !
Hypotypose Accumulation de détails concrets, souvent fragmentaires, pour donner l’impression d’un tableau « Des gens arrivaient hors d’haleine ; des barriques, des câbles, des corbeilles de linge gênaient la circulation ; les matelots ne répondaient à personne, on se heurtait. » (Flaubert, incipit de l’Education sentimentale)
Epiphonème Réflexion- commentaire autonome et amovible La moralité des fables
Epiphrase Réflexion commentaire non autonome ni amovible Le dernier § de l’article « guerre » de Voltaire : on ne peut le déplacer
Parembole Parenthèse ayant un lien syntaxique avec ce qui précède Perdu en un endroit lointain (ou même pas), sans nom, sans identité (Michaux, « Clown » in Peintures)

Figures portant sur la composante sémantique du discours

Antithèse Opposition terme à terme « aux uns portant la paix, aux autres le souci » (Baudelaire, Recueillement)
Épanorthose Correction, souvent à effet comique « une citerne, ou plutôt un égoût » (Jean de Léry, VI, p. 164)

« elle en avoyt dedans le dos, dy je, dedans le ventre » (Bonaventure des Périers, NRJD, 5 p. 32)

Paradoxe Affirmation contraire à l’opinion courante ou au bon sens « Les crimes engendrent d’immenses bienfaits et les plus grandes vertus développent des conséquences funestes » (Valéry)
Coup de force présuppositionnel Fait de donner comme allant de soi un présupposé paradoxal ou absurde Les défaites étant à l’ordre de jour, il est naturel que Dieu en bénéficie (Cioran)

 

Figures portant sur la composante énonciative du discours

Prétérition Fait d’affirmer que l’on ne dira pas ce que, précisément, l’on s’apprête à dire « Je n’ai pas le droit de citer des marques à la radio ; je ne dirai donc pas que ce produit est de la marque X ».
Apostrophe rhétorique Fait de s’adresser à un absent, un mort, un inanimé ou une idée abstraite « ö Mort, vieux capitaine… »
Prosopopée Fait de prêter à un absent, un mort ou un être inanimé un discours Prosopopée de la Nature dans le De Natura rerum de Lucrèce ; prosopopée de Junon dans l’Ode III, 3 d’Horace.
Adresse indirecte Fait de feindre de s’adresser à un interlocuteur fictif au lieu du vrai Alceste inventant, dans le Misanthrope, une discussion avec un ami à propos du sonnet d’Oronte ; Sganarelle, dans Dom Juan, feignant de s’adresser à un autre maître que le sien (« c’est à l’autre que je parle, pas à vous ! »)
Interrogation rhétorique Fausse question dont la réponse est évidente Il n’est pas beau, ce bébé ??
Dérivation illocutoire Ne pas poser la vraie question, mais une autre qui lui est proche Avez vous déjà rencontré cette figure ? = donnez-m’en la définition

Figures portant sur la composante référentielle du discours

Hyperbole Exagération Le nez de Cyrano : « c’est un roc, c’est un pic, c’est une péninsule »
Litote Fait de dire le moins pour signifier le plus Tu commences à m’énerver !
Euphémisme Fait de désigner une réalité dérangeante par un terme neutre ou positif « il est parti, il nous a quittés » = il est mort

Les Euménides (= les Bienveillantes) pour les Érynnies, redoutables déesses de la vengeance.

Tapinose Forme d’exagération procédant par dégradation burlesque Il n’a pas cassé trois pattes à un canard
Allégorie Représentation d’une idée abstraite sous la forme d’un personnage « Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche » (Baudelaire, « Recueillement »)
L’allusion Fait d’évoquer une chose sans le dire explicitement «Il / Elle est porté(e) sur la chose » (= allusion sexuelle)
La métalepse Faire entendre une chose par une autre qui l’accompagne ou en est la conséquence Il est vert = il a la nausée, ou il est vexé

« voilà une proposition qui va faire tousser ! » (qui va choquer)

Antiphrase Figure de l’ironie consistant à dire une chose pour signifier son contraire « Tu commences à me plaire » = tu m’exaspères

 

Alors ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *