la légende de Saint Nicolas

Créé le 

La légende fait vibrer petits et grands…

la légende de saint nicolas

«Ils étaient trois petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs…»

Perdus dans la nuit, ils demandèrent à un boucher de les loger. A peine entrés, le boucher se précipita vers eux pour les tuer, les découper et les mettre au saloir.
Sept ans plus tard, le bon Saint-Nicolas vint à passer par là. Il se rendit chez le boucher et insista pour manger le petit salé qui se trouvait dans le saloir. Pris de peur, le boucher s’enfuit et Saint-Nicolas ressuscita les trois enfants….

____________________

Le Saint Patron est fêté dans les foyers lorrains depuis le Moyen Age.
Sa fête a lieu le 6 décembre.

Les petits lorrains l’attendent avec impatience car il apporte cadeaux  et friandises, comme le Père Noël !
Le 5 décembre au soir, dans chaque famille, devant la cheminée, on place quelques sucres ou des carottes (pour la mule) et un petit verre de mirabelle (pour Saint-Nicolas).
Il passe dans la nuit et dépose des surprises aux enfants sages –et des martinets (des fouets !) à ceux qui n’ont pas été sages.
Le verre est vide et la mule a mangé ce qu’on avait prévu pour elle.

C’est la fête à la maison mais aussi dans les rues et  à l’école où Saint-Nicolas à la barbe blanche, avec son manteau rouge, équipé de sa crosse d’évêque, passe aussi. Il apporte des livres et du pain d’épices.

saint nicolas lorraine  saint nicolas pain epices recouvreur

Parfois, il est accompagné du Père Fouettard, beaucoup moins apprécié des enfants qui comme son nom l’indique, punit les enfants désobéissants.
Compagnon de saint Nicolas, le fameux père Fouettard, ne serait ni plus ni moins que l’incarnation du méchant boucher

Des traditions et contes semblables se retrouvent en Allemagne, en Flandre….. et jusqu’en Russie.

____________________________

En Lorraine, des dizaines de rues et de portes d’octroi portent son nom.

La ville de Saint-Nicolas-de-Port à 15 km de Nancy, accueille une des plus belles et des plus pures basiliques de France qui abrite une relique du saint.

saint-nicolas-basilique-vit  basilique de saint nicolas de port

_________________

Mais que vient faire cet évêque de Myre en Lorraine ?

La Saint-Nicolas est une fête inspirée de Nicolas de Myre, appelé aussi Nicolas de Bari.
Né à Patara au sud-ouest de l’actuelle Turquie (à l’époque Asie mineure) entre 250 et 270, il fut le successeur de son oncle, l’évêque de Myre.

L’explication du mythe réside dans la générosité du personnage et dans cet épisode, alors qu’il n’était pas encore évêque.

-Un homme était si endetté qu’il n’avait plus d’autre solution pour subsister que de vendre ses 3 filles comme esclaves, chose courante dans l’Antiquité. Lorsque Nicolas l’apprit, celui-ci alla, durant trois nuits consécutives, jeter par la fenêtre de la chambre à coucher suffisamment d’argent pour que le père rembourse ses dettes et pourvoie ses trois filles d’une dot.

-Comme évêque, Nicolas fut amené à intervenir auprès du gouverneur de Myre en faveur de trois innocents qu’il sauva de la décapitation.

-Ensuite, c’est une intervention analogue auprès de l’Empereur Constantin en faveur de trois officiers injustement condamnés qui fit sa réputation.

Une suite d’interprétations en Occident dans le courant du XII° siècle serait à l’origine de la légende que connaissent les Lorrains, épisode conté et connu sous la forme d’une chanson : « Ils étaient trois petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs…  » Ou comment trois petits enfants égarés se réfugièrent chez un boucher qui, après les avoir faits dîner, les coupa en petits morceaux avant de les jeter dans son saloir. Sept ans plus tard, saint Nicolas aurait demandé à goûter ce « salé ». Le boucher apeuré s’enfuit et saint Nicolas ressuscita les enfants.

Une relique (une phalange du saint) fut transférée depuis Bari vers le Duché de Lorrain.
En 1087, le Sieur Albert de Varangéville revenant de croisades, déroba à Bari, en Italie du sud,  une relique de St Nicolas – sa « dextre bénissante », soit une phalange de sa main droite – pour la rapporter en Lorraine, dans une ville voisine de Nancy …

La ville bénéficia de la visite d’illustres visiteurs, dont celle de René II allant libérer Nancy de l’emprise du duc de Bourgogne, le 4 janvier 1477. En reconnaissance à saint Nicolas dont il avait demandé la protection, mais aussi devant l’importance qu’avait prise la ville (plus importante que Nancy !), il fit construire la basilique que nous connaissons et où il est toujours possible de voir la phalange de Nicolas.
Il édifia au bord de la Meurthe une église pour les abriter, une grande basilique dédiée au Saint, et créa ainsi Saint-Nicolas-de-Port.

Vénéré et très souvent invoqué il deviendra très rapidement le saint-patron de la Lorraine. Port était une cité célèbre pour ses foires et marché et le culte de Saint-Nicolas se répandit très rapidement au delà des frontières du Duché de Lorraine et notamment d’outre-Rhin où la tradition est également très vive.

Comme la relique faisait des miracles, le bourg devint un lieu de pèlerinage important ainsi qu’une étape sur la route de Compostelle.
Chaque année, depuis 1245, le samedi le plus proche du 6 décembre, la basilique accueille une procession aux flambeaux autour des reliques du Saint.

procession flambeaux saint nicolas de port

___________________

Une partie des attributs régionaux de saint Nicolas serait inspirée du dieu scandinave Odin.

  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/11/Odin_riding_Sleipnir.jpg/200px-Odin_riding_Sleipnir.jpg
Wikipédia  – Odin sur son trône, illustration tirée du manuel de mythologie d’Alexander Murray publié en 1865
Odin chevauchant Sleipnir, tiré d’un manuscrit islandais datant du XVIIIe.

En effet, ce dernier est toujours accompagné de ses deux corbeaux « qui voient tout », et de son cheval Sleipnir, tout comme saint Nicolas est dans certaines régions accompagné de deux Zwarte Pieten et de son cheval.

_____________________________

On lui doit des légendes et  des contes,  des traditions et des miracles. Il patronne et protège d’innombrables confréries et métiers.

Saint-Nicolas est donc le grand patron d’une multitude de confrérie et métiers (source www.tourisme-meurtheetmoselle.fr )

Des bateliers, mariniers, et navigateurs d’une manière générale. Tout au long des voies navigables de France sont élevées des chapelles dédiées à Saint-Nicolas.
Des écoliers et des enfants.
Des célibataires – les garçons non mariés qui atteignent la trentaine, fêtent Saint-Nicolas le 6 décembre.
C’est d’ailleurs l’occasion de les affubler de pyjamas, bonnets de nuits ou sabots selon les différentes traditions régionales.
Des prisonniers

Mais aussi de lieux :
– de la Lorraine et des Lorrains depuis 1477.
En effet, alors que la Lorraine était occupée par la Bourgogne, le Duc René II de Lorraine demanda la victoire à Saint-Nicolas.
Suite à la victoire de la Bataille de Nancy, Saint-Nicolas devint Patron de la Lorraine et des Lorrains.
– de la Russie
– de la ville de Houilles (Yvelines)
– de la ville de Fribourg
– de l’université de Valladolid, en Espagne.

Source Nancy Tourisme, MyLorraine.fr …

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *