les crêpes de la Vieille Catherine – 17 février 1896

Créé le 

Que serait mardi gras sans les fameuses crêpes ?

 crepes-kiosque-lorrain

 Cette tradition de manger ces bonnes galettes vient de plusieurs sources. Il faut en effet consommer avant le carême les œufs qui ne se conserveraient pas.
Il s’agit aussi de manger des aliments riches, que la période austère du carême interdit pendant quarante jours.

extrait de L’Est Républicain du 17 février 1896…

Les enfants et les plus grands peuvent s’en donner à cœur joie avec cette recette de la vieille Catherine, gracieusement fournie par la presse locale.

Les crêpes préparées d’après la recette suivante sont minces, légères et d’une digestion facile. De plus, les mamans pourront permettre aux enfants, un jour de dînette, de faire eux-mêmes leurs crêpes, sans redouter les taches ou les brûlures de graisse, car la pâte se verse dans la poêle à sec, sans beurre ni saindoux.

 

est-rep-kiosque-lorrain-cre

 

Les crêpes de la Vieille Catherine

( sincèrement c’est une stricte inconnue ! peut-être que dans 100 ans nous trouverons les recettes de la vieille Florence !!! )

 

Pour une douzaine de crêpes, prenez : un quart de farine, trois oeufs entiers, du beurre : gros comme un oeuf de pigeon, un verre et quart de lait, deux petites cuillerées à café d’eau de fleurs, deux petites cuillerées à café de rhum, deux bonnes pincées de sel.

La pâte ne doit être faite qu’un quart d’heure avant de s’en servir. Mettez la farine dans un saladier, cassez-y les oeufs
et délayez bien avec une cuiller. Faites bouillir le lait, mettez-y fondre hors du feu le morceau de beurre ; versez-le
tout doucement dans le saladier où sont la farine et les oeufs, en tournant pour amalgamer et éviter les grumeaux. Ajoutez le sel et la fleur d’oranger avec le rhum, et mélangez bien. Votre pâte est à point ; attisez votre feu et décrochez la poêle.

Prenez la poêle de la main gauche. Ne mettez rien dedans, ni beurre ni graisse.
Faites là chauffer une minute, mais pas trop, et versez-y une cuillerée de pâte, en penchant vivement la poêle en tous sens, de façon que la pâte s’étende en couche mince et égale. Ceci demande un peu d’habitude pour les débutantes. La cuiller à arroser le rôti est assez commode pour verser la pâte, à condition de ne pas la remplir, car la crêpe serait trop épaisse.

Tenez votre poêle au-dessus d’un teu clair. Que tout le fond soit également atteint. Et, avec la pointe d’un couteau, détachez la crêpe dont les bords, plus minces sont plus rapidement cuits ; agitez-là un peu, sans la retourner encore, pour qu’elle n’attache pas.
Puis voici le grand moment venu : prenez à deux mains la queue de la poêle, retirez-la du feu, donnez un coup sec en
l’air pour faire « sauter » la crêpe. Remettez bien vite sur le feu pour la faire cuire de l’autre côté : ce second côté cuit plus rapidement.

Faites glisser la crêpe sur un plat, et saupoudrez de sucre en poudre si vous servez immédiatement.

 

Observations
Les crêpes doivent être mangées brûlantes ; la difficulté est d’en faire cuire une grande quantité le plus vite possible. Il faut les tenir au chaud à mesure qu’elle sortent de la poêle, et ne les saupoudrer de sucre qu’au moment de les servir ou sur la table même; car, à leur contact prolongé le sucre fond et produit une humidité qui amollit la pâte.

Si vous n’arriviez pas à faire sauter votre crêpe, vous pouvez facilement la retourner à l’aide d’une fourchette.

Quant à la poêle, prenez la plus petite dont vous disposiez, avec les rebords très bas, de façon que la chaleur du feu atteigne le dessus de la crêpe plus facilement. Une bonne grandeur est celle de 22 centi-
mètres.

La vieille CATHERINE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *