histoire de rues – la rue Saint Dizier

Créé le 

Vous savez quoi sur la rue Saint Dizier ?
nancy-rue-saint-dizier-2 saintdizier-nancy-1

 

Saint Dizier, Saint Didier ou Désidérius …

Né au IIIème siècle près de Gênes, il fut évêque de Langres où il résista aux Vandales et où il reçut le martyre.
Son culte fut introduit en Lorraine et spécialement près de Nancy par Saint Bobon, évêque de Toul au VIIème siècle.

nancy histoire de la rue saint dizier

Cette rue fut l’artère principale de la Ville Neuve de Charles III, ou première Grande Rue, puis deuxième Grande Rue, ou Grande Rue du Faubourg Saint-Dizier (pour éviter la confusion avec la Grande Rue Ville Vieille) et puis rue Saint Dizier dès le début du XVII° siècle.

A la Révolution, elle fut provisoirement rue de la Constitution.

_____________


C’est dans cette rue que Charles III relogea la plupart des habitants du village de Saint-Dizier, auquel elle doit son nom
.

Ce village, dont l’église fut fondée par saint Bodon vers la fin du VII° siècle, se trouvait à l’emplacement du quartier actuel des Trois Maisons.
Son église fut la mère-église de la future grande cité, Nancy, qui devait se développer sur le territoire de sa paroisse quelques siècles plus tard. Les malheurs de Saint-Dizier commencèrent avec l’installation des ducs dans leur château de Nancy.
Une ville se développa rapidement autour de cette forteresse.

Plus tard, en 1588 puis en 1591, Charles Ill, désireux d’assurer sa défense contre les Allemands, décida de raser le village de Saint-Dizier dont l’emplacement était une gêne.
En même temps, il projeta de construire une ville nouvelle, aux portes mêmes de sa propre cité. L’ensemble devait être puissamment fortifié. Le duc invita donc tous les habitants de Saint-Dizier à quitter leur maison et leur offrit, en compensation, des terrains dans la Ville Neuve, où ils pourraient construire de nouvelles maisons et les reloger.

Le village, cependant, ne fut rasé qu’en 1632. II n’en reste que trois maisons (d’où le nom donné à ce quartier).
C’est en hommage au bourg détruit que Charles III donna le nom de Saint-Dizier à la rue actuelle, en déclarant ce vocable inaliénable.

_____________

Du XVI° au XVIII° siècles, furent construits dans cette rue un grand nombre d’hôtels, ainsi que quatre églises, aujourd’hui disparues.

Ces églises étaient les suivantes :

L’église Saint-Roch, qui avait sa façade et son entrée dans la rue Saint-Jean.
Bâtie en 1620, elle fut l’église du premier collège de la VilleNeuve, fondé en 1616 par les Jésuites. Elle devint, en 1731, la deuxième paroisse de la Ville Neuve (après Saint-Sébastien), et fut détruite à la Révolution.

L’église des religieuses du Saint-Sacrement
Ce couvent fut fondé en 1624, à l’emplacement de l’actuelle rue Drouot, par Catherine de Lorraine, sous le nom de Notre-Dame de la Consolation. II devint en 1669 couvent des Bénédictines de l’Adoration du Saint-Sacrement et fut dirigé par Catherine de Bar.
II fut vendu à la Révolution et entièrement détruit lors du percement de la rue Drouot (1841-1842). Quelques parties en sont encore visibles dans les maisons de l’impasse, dite jadis du Saint-Sacrement, qui part de la rue des Sœurs Macarons. Ce sont ces religieuses bénédictines qu’on appela, à la Révolution, « Soeurs Macarons ».

L’église des Capucins, à l’angle Sud-Est de la rue Charles III.
Le couvent des Capucins fut fondé à Nancy en 1593, par le cardinal Charles de Lorraine. Leur église servit de paroisse à la paroisse Saint Nicolas, créée en 1731, jusqu’à la construction de l’église actuelle Saint Nicolas (1880). Les capucins furent dispersés à la Révolution et leur couvent devint, en 1803, propriété des Sueurs de la Doctrine Chrétienne, qui y sont toujours, et qui y ont leur maison-mère.
L’église fut détruite en 1880.

L’église du Noviciat et du Collège des Jésuites, au n° 163.
Le Noviciat fut fondé en 1602, à cet endroit, par Antoine de Lenoncourt. Après l’expulsion des Jésuites, le Collège, qui se trouvait auparavant près de l’église Saint-Roch et qui avait été fondé en 1616, fut installé dans les murs de cet ancien Noviciat (1768). II devint, en 1805, Hospice des Enfants Trouvés, ou Hospice Saint-Stanislas.
II abrite aujourd’hui des services du Centre Hospitalier Universitaire.
L’abbé Lionnois dirigea l’ancien Collège de 1768 à 1776.

___________

Parmi les constructions remarquables, il faut s’arrêter devant celui de la société Générale au numéro 44.

au fil du temps …

La Société Générale s’implante à Nancy en 1871.
Constant Thibault, directeur de l’agence depuis 1899, monte à partir de 1901-1902 une opération immobilière pour la construction d’un nouveau siège qui sera situé à proximité, au 42-44 rue Saint-Dizier.

Le jeune architecte Georges Biet ainsi que le menuisier Eugène Vallin sont sollicités pour la façade. Les plans de l’immeuble Aimé sont établis en 1902. Ce nouvel immeuble dépasse les immeubles voisins et impose un nouveau gabarit à la rue d’aspect encore très provincial.

immeuble de la société générale nancy rue saint dizier immeuble de la société générale nancy rue saint dizier immeuble de la société générale nancy rue saint dizier

Pour la façade, Vallin a déjà beaucoup épuré son style. Il va surtout amplifier la verticalité par de fortes moulures qui individualisent les travées et qui sont autant de tiges végétales pourvues de gaines d’ombelles stylisées lors des raccords avec les éléments horizontaux.

Au quatrième étage, il introduit un poitrail métallique couronnant la façade, plus décoratif que fonctionnel puisqu’il a peu à supporter.
Le public de la banque entre au niveau du porche central et après avoir franchi une double porte, parvient à la salle centrale des guichets, éclairée par une verrière maintenue par des consoles métalliques.

sources Société Générale et Art Nouveau – ici

_____________

L’Hôtel de Beauvau au numéro 12, le premier de la Ville Vieille

hotel beauvau nancy 12 rue saint dizier

__________

L’Hôtel Mahuet au n°19

nancy histoire de la rue Saint hôtel mahuet

L’hôtel de Mahuet dont l’architecte fut Germain Boffrand est un ancien Hôtel particulier du XVIIIè.

Il devient plus tard le cinéma El Rio, mais est ravagé par un incendie dans les années 80.
Cet immeuble aujourd’hui rénové abrite des bureaux.

Le portail monumental a été réutilisé à l’entrée du parc Olry.

 

nancy histoire de la rue Saint hôtel mahuet

___________

au sud la porte Saint Nicolas

 

La première porte Saint-Nicolas fermait l’extrémité Sud de la vieille-ville de Nancy, là où désormais s’élève la Place Stanislas. La porte donnait sur la rue Saint-Nicolas, à l’époque faubourg, c’est-à-dire hors les murs.
Une partie de l’enceinte bastionnée à laquelle cette ancienne porte appartenait est visible dans le sous-sol du Musée des beaux-arts de Nancy.

Lors de la création de la ville-neuve, celle-ci fut détruite et le nom fut alors donné à la nouvelle porte, située le plus au sud de la nouvelle ville, toujours en direction de Saint-Nicolas-de-Port.

L’on y prélevait l’octroi sur les marchandises qui entraient dans la ville.
porte saint nicolas rue saint dizier nancy

___________

et quelques images des temps passés !!
nancy-saint-dizier-macdo

nancy-hall-livre-1970

nancy-rue-saint-dizier-5

nancy-rue-saint-dizier-1

histoire de la rue saint dizier nancy

nancy-rue-saint-dizier-3

__________

sources

cil centre image lorraine

comme d’habitude, un grand merci au CIL ici

~~~~

le site Nancy Hier pour les cartes postales anciennes – ici

nancy hier site de acrtes postales anciennes de nancy pierre boyer

~~~~

nominis.cef – ici

~~~~

et le livre « Les rues de Nancy » de Peter Lang

livres-rues-nancy

—————-

Toutes les pages « Histoires de rues » de NancyBuzzici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *