des croque-monsieurs aux truffes ! quand un pilier de comptoir rencontre une fille de luxe !

Créé le 

C’était il y a deux ans, au Cap Marine, Patrick Antoine me sert un croque-monsieur aux truffes ! Coup de foudre gourmand pour l’alliance parfaite du comté et du parfum de la truffe.

 

croque-truffes-nancybuzz-4

Je m’étais promis d’investir ma cuisine avec ce classique du comptoir d’un autre type !…

Il faut évidemment une truffe bien parfumée :)

truffes lorraines mesenterique nancybuzz

Ingrédients pour 4 croque-monsieurs

  • une petite truffe
  • 8 lamelles de comté
  • 8 tranches de pain de mie de boulanger
  • un petit bol de béchamel

 

Préparation

 

truffes-comte-nancybuzz

– La veille dans un contenant fermé mettre la truffe nettoyée et les lamelles de comté pour qu’elles s’imprègnent du parfum de la truffe.


– Le jour-même, avec un économe, réaliser des lamelles de truffe.

lamelles-truffes-nancybuzz


– Répartir un peu de béchamel sur 4 tranches de pain de mie, puis les lamelles de truffe.

Ensuite les lamelles de comté.

croque-truffes-nancybuzz-2  croque-truffes-nancybuzz-1


– Faire chauffer l’appareil à croque-monsieur, cuire les croque-monsieurs pour qu’il soient dorés.

croque-truffes-nancybuzz-3


– Déguster avec une salade verte :)

croque-truffes-nancybuzz-4

——————

Croque-monsieur, ce mot serait apparu pour la première fois dans un café parisien « le bel âge » au boulevard des Capucines en 1901.

René Girard, historien des mots, raconte très bien l’histoire dans son ouvrage « Histoire des mots de la cuisine française » publié en 1947 :

Le bistrotier, Michel Lunarca, traînait derrière lui une réputation de cannibale probablement propagée par ses concurrents du IIème arrondissement qui ne voyaient pas d’un bon œil l’arrivée de ce nouveau café en vogue auprès de la haute société. Un jour, manquant de pain-baguette, il confectionna un sandwich au pain de mie, qu’il proposa à ses clients.
L’un d’eux s’écria « Michel, quelle viande y a-t-il dedans ».
Le bistrotier répondit par une boutade : « de la viande de monsieur, évidemment », ce qui fit s’esclaffer l’assemblée, tant et si bien que tout le monde s’empressa de commander le sandwich au monsieur.

Le lendemain, sur l’ardoise, le bistrotier mettait à la carte le « croque monsieur ».

source : www.le saviez-vous.net

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *